Jeudi 6 février - Rando au Plessis-Mériot - 11.9 km - dénivelé indiqué par le GPS 340 m - indice d'effort 45

Nous étions 27 au départ… et 25 à l'arrivée ! Alain a eu des difficultés en traversant le gué après la ferme des Caves. Les deux pieds dans l'eau, les mains également pour se relever, si bien qu'il était trempé jusqu'aux genoux. Il était donc plus prudent de faire demi-tour et sécher rapidement. Beau soleil mais un sol qui n'avait pratiquement pas gelé, si bien que nous avons marché le plus souvent dans des chemins boueux et glissants. Une belle rando malgré tout, les efforts nous donnant chaud !

Jeudi 30 janvier - Saint-Martin-de-Bossenay - 11 km - Dénivelé 54 m - 4.7 km/h - Nous sommes 27 ce matin, confiants dans la météo qui nous avait annoncé la pluie à partir de 11 h. Bingo ! Elle est arrivée à 11 h 10 ! On n'arrête pas le progrès ! Eduqués à ne pas se servir sur les propriétés privées, nous n'avons pas chapardé de carottes ni choux. Pourtant nous aurions pu faire notre marché ce matin ! Petite visite habituelle devant la chapelle St-Vinebaud dont je rappelle l'histoire reprise sur le site internet du Petit Patrimoine :
"La première chapelle Saint Vinebaud est ancienne et remonterait vers 620 de notre ère. Saint Vinebaud, natif de Nogent et plein d'admiration pour ce lieu, y aurait installé son ermitage.
Saint Vinebaud serait également intervenu comme médiateur entre les petits-fils de Clovis lors du partage du royaume Franc, et ceux-ci, à son initiative auraient fait la paix. Apprécié par l'évêque de Troyes, Gallomagne, il est alors appelé à la tête de l'abbaye de Saint Loup (Troyes).
Le site s'est cependant dégradé au fil du temps, et fut vendu avec ses terres comme bien national en 1791.
En 1944, des travaux d'entretien ont été entrepris par les habitants de la commune. C'est à cette époque que la fresque au dessus de la porte fut peinte.
Il y a quelques années, l'évêché céda la chapelle à la Commune pour un franc symbolique. Des bénévoles entreprirent alors d'y effectuer de petits travaux jusqu'à ce que des partenaires plus pécunieux (État, Amis des Clochers, Comité du tourisme du nogeantais) puissent financer des travaux plus importants, qui lui rendit l'état dans lequel on la voit aujourd'hui.
Outre le style gothique en brique du XIXeme de l'actuelle chapelle, il est intéressant de s'arrêter "sous" le bâtiment. Les plus chanceux pourront visiter les deux cellules abusivement appelées "crypte". Ces cellules austères rappellent le passé claustral du site qui accueilli encore jusqu'en 1897 des religieuses trappistes."