Lundi 3 décembre - Nous étions 9 au rendez-vous de Marcilly et nous avons retrouvé 4 randonneurs supplémentaires près de l'église de Plancy. Pas une seule goutte d'eau pour cette balade de 7 km, du vent et de la douceur… Randonnée traditionnelle le long du canal de dérivation. Rencontre avec un couple de cygnes et leurs 5 rejetons, une belle famille ! Légère entrevue de la propriété du château à travers les arbres dégarnis. Rencontre inopinée avec une ancienne collègue institutrice à Monique qui termine sa retraite dans la maison des Oblates de Saint-François de Sales.

Un peu d'histoire glanée sur Wikipédia : le château de Plancy est une construction issue d'un château fort médiéval. Au Moyen-Age, à partir de l'an mille, les seigneurs de Plancy étaient apparentés aux comtes de Champagne. S'ensuivit au 14e siècle la famille La Croix de Castries et au 17e la famille de Guénégaud pour qui Louis XIV érigea la terre de Plancy en marquisat. En 1838, les sœurs oblates de Saint-François de Sales s'installèrent à Plancy. Plancy était une ville très commerçante, assez pour avoir une mesure. Dès 1232 elle avait 2 foires l'une à la Saint Laurent, l'autre à la Saint Madeleine. En 1767, on comptait 4 fabricants de bas au métier et 11 tisserands.

Vers les années 1800-1805, Plancy est très prospère. les récoltes de froment, de seigle et d'avoine sont largement excédentaires par rapport au besoin de la région. L'industrie commence à révolutionner nos campagnes. Plancy a sa manufacture de coton, actionnée par la retenue du moulin et de très nombreux habitants travaillent sur leurs métier les articles de la bonneterie. C'est vers la capitale que s'écoule cette production. L'acheminement peut se faire par la route, mais vu l'état des chemins, c'est problématique, difficile, dangereux et onéreux, car le tonnage transporté est faible. Le meilleur moyen est la voie d'eau . L'Aube entretenue est navigable, c'est le meilleur moyen de communication pour l'acheminement des marchandises. Seulement il y a de nombreux obstacles, tels les barrages servant de retenues pour actionner les moulins. Il faut donc décharger les bateaux venant de l'amont et en recharger d'autres à l'aval. C'est à cette époque que le comte Adrien Godard d'Aucour pense à la création d'un canal de dérivation. Ce canal fut achevé en 1812.

Le 6 septembre 1914 arriva à Plancy le poste de commandement de Foch qui installa son quartier général dans la maison où mourut le Révérend Père Brisson. Ce qui crée une panique chez certains habitants qui décident de partir en exode… à Mesgrigny. D'autres, par amitié, font parvenir à Foch et son Etat-Major des bonnes bouteilles de vin, ce qui fait dire à Foch en colère "Mais que fête-t-on ici ? La victoire ? Pas encore ! Que l'on me retire tout ceci immédiatement !" (l'histoire ne dit pas si elles furent retirées pleines ou vides…)

Dimanche 2 décembre - C'est la rando du Téléthon de Sézanne. Nous sommes 4 sur la place de Marcilly : Jeanine, Anita, Aline et moi, avec une enveloppe de dons de 7 randonneurs. Si les Sézannais étaient 12 chez nous dimanche dernier, nous représentons 11 personnes aujourd'hui. C'est bien ! N'ayant pas envie de salir mes chaussures car les itinéraires étaient prévus dans les vignes, nous décidons de faire ensemble les ruelles de Sézanne. Bien nous en a pris, car nous avons pu visité l'église Saint-Denis et découvrir le petit marché du terroir sous la halle. Dans la rue de Châlons, à 100 m du lavoir, nous avons découvert 2 plaques commémoratives du grand incendie de 1733 qui avait dévasté plusieurs maisons. 

Jeudi 29 novembre - Nous sommes 29 ce matin. L'itinéraire Méry-Châtres a été modifié, les chemins passant dans des zones marécageuses. Nous nous contentons de marcher vers Saint-Oulph. Bonne ambiance générale comme d'habitude !